dimanche 8 juillet 2018

Légère Amertume : de l'écrit au dessin


On vous a déjà parlé, au travers d’une correction de bug, de la nécessité de relire attentivement le travail des uns et des autres. D’ailleurs, quand on y pense, les artistes qui travaillent seuls doivent faire de grands efforts pour parvenir à se relire aussi minutieusement étape après étape.
Nous allons entrer un peu plus dans ce processus de relecture en vous proposant un second exemple issu de la réalisation du chapitre 2 de "Légère Amertume".

Abordons ici la manière dont on passe de l’écrit au dessin. Si vous lisez la description ci-dessous de la case B1 de la planche 20, vous pouvez voir deux éléments intéressants, d’une part « on comprend » et d’autre part la mention d’un gars à la proue du bateau au premier plan. Vous avez là l’exemple type de plusieurs stupidités d’écritures.


On ne doit pas « comprendre », au sens de deviner, pour une telle image, cela doit être vu immédiatement. Il  y a ici une mauvaise description de l’action, de son effet en tout cas.
Le point le plus grave est sans aucun doute le personnage. En effet, étant donné l’échelle de l’action et ce qui s’y déroule, le personnage en question serait tout petit pour le lecteur et son action n’aurait aucun sens (elle ne rendrait en rien le tout plus lisible et comme il ne s’agit pas d’un personnage récurent de l’histoire aucune curiosité ne viendrait s’y greffer).
Troisième élément assez stupide, pour « remplir » la case pleinement il faudrait que le bateau au premier plan remplisse une énorme partie de la case, ce qui nuirait à la lisibilité et risquerait de fausser l’angle de lecture.

Heureusement, Koffi a intuitivement compris les problèmes posés par ces trois éléments en conservant un angle de lecture optimal et en profitant du vide de la case pour glisser un gros plan sur le personnage avec sa longue vue. De plus, ce n’est pas rien, la présence en plan serré du dit personnage vient renforcer l’impact du texte.


Quand les scénaristes reçoivent un tel ajout, ils sautent au plafond de bonheur (réellement) et prennent ensuite le temps de corriger l’angle de longue vue pour le rendre plus horizontal afin d'améliorer encore la lisibilité.




Le scénario n’est pas, selon notre opinion, une liste de courses à suivre. C’est avant tout le point de rencontre de différentes lectures et interprétation, le résultat final étant bien souvent le juste milieu de ces lectures convergentes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire