dimanche 31 mai 2015

L'Harmattan BD



Ici, et encore ici, nous vous avons raconté en long en large et en travers comment notre projet avait fini par être accepté dans la collection l'Harmattan BD. Il est grand temps maintenant de vous présenter un peu plus avant la collection en question.

L’aventure en elle-même commence fin de la décennie précédente par une simple constatation de Christophe Cassiau-Haurie, futur directeur de la collection: il y a beaucoup d’auteurs de bandes-dessinées en Afrique mais peu d’ouvrages édités, et ce décalage est d’autant plus criant en France, pays fort de ses bédéphiles et de sa diaspora africaine.
A peu près à la même époque, le même Christophe Cassiau-Haurie est missionné par le Ministère des Affaires Etrangères français et par le Comité du Cinquantenaire des Indépendances Africaines pour organiser à Paris un salon de la BD à l’occasion des 50 ans de la décolonisation de l’Afrique de l’Ouest.
N’y voyant là qu’un signe supplémentaire qu’entre les rayons d'albums franco-belges, de mangas et de comics, il doit bien y avoir de la place pour des BDs sur l’Afrique faites par des africains, Christophe Cassiau-Haurie prend son bâton de pèlerin pour lancer une collection sur le thème de l’Afrique et va frapper à de nombreuses portes de maisons d’édition avant d’obtenir l’accord des éditions L’Harmattan.


C’est ainsi qu’en décembre 2010, les 3 premiers albums de l’Harmattan BD sortent à l’occasion de ce Premier Salon de la Bande Dessinée Africaine organisé à la mairie du Vème arrondissement de Paris et auquel sont venus participer 25 auteurs de BDs venus de France, de Belgique et d’Afrique.

A l’heure actuelle, la collection regroupe pas moins de 24 ouvrages, dont vous pouvez admirer les couv' dans l'image ci-dessous (le tout dernier, Lamsari et le trésor des Oudayas, vient juste de sortir), et c'est au total 40 à 50 auteurs qui ont ainsi vu leurs histoires être éditées après être passées au travers des fourches caudines d'Hobopok, le directeur artistique inflexible de la collection.

On est bien sûr loin des ventes des albums sortis chez les majors de la profession, mais leur édition permanente permet d'atteindre avec le temps des scores de ventes honorables.  Et puis, à son échelle, la collection connaît aussi quelques succès commerciaux comme Chroniques de Brazaville, Sommets d'Afrique - dont on vous a parlé ici - ou encore le tome 1 du Retour au Pays d'Alphonse Mabida dit Daudet *.

Bref, on est on-ne-peut-plus heureux que les couvertures des deux tomes de la Case Blanche viennent un jour se rajouter à celles ci-dessus.


* Patientez un peu, le tome 2 est en cours de réalisation.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire