dimanche 13 mai 2018

Légère Amertume: la deuxième planche encrée et en couleurs

La première planche avait permis la mise en place du décor (à savoir Abidjan en 1954). Elle s'était terminée sur une petite fille, Adjoua, revenant de l'école.

Cette seconde planche sert essentiellement de transition entre la vue générale de la ville et la maison où habite l'héroïne.
La rencontre anecdotique avec le bonhomme qui fume une cigarette (dont on avait parlé dans le post précédent) permet d'amener le premier ressort narratif de l'histoire, à savoir le chagrin d'Adjoua.

C'est ce dernier élément qui amène le lecteur à tourner cette seconde page pour découvrir la suite de l'histoire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire